Activisme Mystique

Car c’est par grâce que vous avez été sauvé, par la foi – et ceci pas de vous-même, c’est le don de Dieu – pas par les oeuvres, afin que personne ne puisse se vanter. Car nous sommes le travail de Dieu, créé en Christ Jésus pour faire de bonnes oeuvres, ce que Dieu a préparé à l’avance pour nous,
—Ephesians 2: 8-10, NIV

Quiconque a mes ordres et leur obéit, c’est celui qui m’aime. Celui qui m’aime sera aimé de mon Père, et moi aussi je l’aimerai et me montrerai à lui.
—John 14:21, NIV

Les érudits chrétiens existent pour compiler, interpréter, discuter, expliquer et comparer les premiers témoins et les uns aux autres. Mais les érudits ont une importance secondaire, car notre foi est fondée sur un événement historique et, avec l’historicité de cet événement, toute la chrétienté demeure ou tombe. Les rédacteurs du Nouveau Testament ont eux-mêmes noté cette situation précaire. Paul n’a déclaré que des décennies après la résurrection que deux choses étaient possibles: soit Jésus est sorti de la tombe, soit il ne l’a pas fait. Si Jésus est ressuscité, ses revendications sont vraies. S’il ne l’a pas fait, il ne mérite pas notre attention, encore moins notre culte. Si Jésus ne s’est pas levé, alors aucune quantité de pensée théologique ou spirituelle ou savante; pas de démythologisation ni de tradition ni de notes de bas de page; pas de mysticisme, pas de rationalisme, pas de piétisme, pas de prière, pas d’action sociale ni de plaidoyer politique en son nom ne nous fera aucun bien. Si Jésus n’est pas sorti de la tombe, la théologie libérale est une blague et la théologie conservatrice est une illusion.

Il est plus facile, et beaucoup plus respectable, d’enterrer le problème dans les travaux ecclésiastiques. Nous prenons des causes socialement acceptables. Embarrassés par les aisselles malodorantes de nos débuts, nous refusons à l’homme Jésus la dignité d’un nom personnel en ne lui faisant référence que par son titre d’emploi, le Christ. Enfin, nous le spiritualisons en une non-entité vaguement vaporeuse appelée événement du Christ. Là où Jésus a une fois instigué notre foi, l’événement du Christ ne fait que l’illustrer. Notre tentative de devenir plus digne et plus respectable nous mène au bord de la négation du personnage historique sur lequel repose notre foi, et nous tirons ridiculement le tapis hors de nos propres pieds!

Cela nous dérange de méditer sur l’existence et la vitalité de notre Dieu, alors nous nous détournons de le chercher dans les événements de notre vie. Ou peut-être ne le cherchons-nous pas parce que nous craignons qu’il ne soit là! Jésus sur la croix offense nos sensibilités et notre sens du décorum, alors nous courons fort dans la direction opposée. Nous le trouvons caché sous mille aspects, tous insaisissables et allégoriques. Les Ecritures sont notre excuse. Jésus nous a enseigné que notre comportement envers les autres est notre comportement envers lui. Les apôtres nous ont appris que l’Esprit du Seigneur habite parmi nous. Nous avons correctement appris à servir le Seigneur en servant les autres et à le percevoir parmi les gens qui nous entourent; mais nous avons conclu à tort que ce sont les seuls moyens par lesquels nous le verrons ou le servirons jamais.

L’action sociale chrétienne, le plaidoyer politique, les bonnes œuvres de toute sorte qui existent sans une perception intérieure, directe et mystique de Dieu, sont comme cuire du pain sans allumer la lumière pilote. Ça sent mauvais et rien ne se passe bien. Nous obéissons à nos coeurs, mais nous n’avons jamais vu ni entendu notre Maître – nous croyons même que nous ne pouvons jamais le voir ni l’entendre. Notre vie est une lutte effrénée pour obéir sans entendre les ordres du Maître, pour servir sans voir l’objet de notre dévotion. Jacques a dit que la foi sans les œuvres est morte; mais Paul avait aussi raison quand il a dit que travailler sans foi est une affaire de travail. Ni mystique ni activiste n’y trouveraient beaucoup de réconfort. À quoi sert un mystique qui entend, mais n’obéit pas? À quoi sert un activiste qui obéit sans jamais entendre le Maître? L’un écoute les mains attachées derrière le dos, l’autre travaille avec un bandeau sur les yeux et des bouchons d’oreilles.

Qu’est-ce que l’activisme chrétien? Qu’est-ce que l’obéissance chrétienne? Jésus nous a commandé d’aimer les non aimables, de nouer des amitiés avec les sans amis, de nourrir ceux qui ont faim, de vêtir ceux qui sont nus, de servir ceux qui ne méritaient pas, de pardonner aux indignes, de rendre visite aux emprisonnés et de guérir les malades. À quelle fréquence affirmons-nous que notre foi est un mode de vie? Quiconque a entendu parler d’un mode de vie qui n’est pratiqué que par des comités! Soyons alors personnellement saints, et pas seulement saints corporellement.

C’est ironique! Les libéraux réprimandent les conservateurs pour leur foi aveugle, puis ils mettent des bouchons d’oreilles avant de servir. Si l’un est aveugle à la raison, l’autre est sourd à Dieu. Malgré leurs vantardises et leurs disputes, ils atterrissent tous les deux dans le fossé!

Si vous prêchez que les gens doivent vêtir ceux qui sont nus et nourrir ceux qui ont faim, ne vont-ils pas tous applaudir à votre point de vue, bien qu’ils ne lèvent pas le doigt pour le faire? Certains ont noté que toutes les personnes, de toutes les convictions religieuses, donneraient au moins la parole à ce genre de propos, et elles se plaignaient du fait que toutes les religions étaient la même chose. Toutes les religions se ressemblent de cette manière, et à ce degré, elles sont toutes inefficaces.

Cependant, si vous dites: «Jésus m’aime et m’a commandé de vêtir, de nourrir et de servir», vous vous êtes mis en danger. Maintenant, vous devez avoir une histoire personnelle à raconter, sans la protection de la liturgie ou de la tradition savante. Lorsque vous dites «Jésus m’aime», vous affirmez une expérience mystique dans votre vie de dévotion et vous vous mettez à la merci de ceux dont l’aveuglement spirituel les conduit à mépriser et à vous ridiculiser. Lorsque vous dites «Jésus m’aime», vous devez disposer d’une solide base expérientielle pour cette proclamation impopulaire. Nous savons tous que les témoins oculaires font l’objet d’un contre-interrogatoire plus approfondi que l’ami expert du tribunal, c’est pourquoi nous préférons que le rôle de l’érudit soit converti.

Notre maître n’est pas un érudit. Il ne défend pas ses actions et ses enseignements avec la majorité des opinions savantes. Il ne fait pas de bonnes actions pour lui-même, mais pour prouver la validité de ses prétentions. Il laisse les érudits qui le suivent élaborer une théologie pour le décrire. Par conséquent, nous qui nous appelons chrétiens ne pouvons pas échapper à notre devoir d’obéir à notre Maître. Nous sommes obligés de le chercher, vivant et respirant sous les couches de la tradition, sous le fardeau des théologiens obscurcissants, sous la douleur des œuvres aveugles sans foi et de la foi aveugle sans œuvres.

Avant que le mystique entre dans votre vie, vous devenez fatigué dans votre action sociale, car vous ne pouvez pas voir les résultats ou ne trouvez pas la collaboration. Une grande partie de ce que vous faites semble ridicule, vous devez donc l’habiller et lui donner de la dignité. Une fois que vous avez vu son visage, vous ne vous lasserez pas de vos travaux, car vous vous efforcez de plaire à votre Maître qui peut avoir de plus grands projets que votre succès ou votre échec apparent ne peuvent le nier. Ces choses qui étaient stupides deviennent joyeuses et humoristiques.

Si toutes vos études et études et plaidoyer et service, obéissance et expérience; En bref, si toute votre vie doit avoir un sens, alors cet homme simple et historique nommé Jésus doit avoir vécu et être mort et ressuscité. Et s’il l’a fait, alors ce qu’il a enseigné est vrai. Et si c’est le cas, vous devez disposer d’une base expérientielle pour dire «Jésus m’aime» avec la naïveté d’un enfant et la conviction d’un adulte. Car il a promis de se manifester à ceux qui l’aiment vraiment.

Je vous mets au défi de chercher sa face. Il ne dévoilera pas son visage sauf à ceux qui sont obéissants. Par conséquent, l’obéissance et le mysticisme sont inséparables.

Ne soyons donc ni libéraux ni conservateurs, soyons donc à la fois mystiques et activistes, entendons donc sa voix et obéissons à ses ordres. Suivons le chemin, prêchons la vérité et vivons la vie.


Source de la page: https://www.kencollins.com/discipleship/disc-36.htm
Traduit par Laura Beoschat

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *