Modes de communication non-verbaux

par Charles H. Tidwell, Jr.

Remarque: Voici les notes d’enseignement que j’ai mises à la disposition des étudiants de BSAD560, Relations commerciales interculturelles, un programme de deuxième cycle proposé au choix dans le programme de MBA de l’Université Andrews. Si vous trouvez ce matériel utile, vous pouvez l’utiliser à des fins non commerciales, telles que l’enseignement, des séminaires de formation interculturels, etc. Dans ce cas, fournissez une citation académique appropriée au Dr Charles Tidwell, doyen émérite de la Andrews University.


Qu’est-ce que la communication non verbale?

     Définition: « la communication non verbale implique les stimuli non verbaux générés à la fois par le [locuteur] source et son utilisation de l’environnement et qui ont une valeur de message potentielle pour la source ou le [auditeur] » (Samovar et al. Il consiste essentiellement à envoyer et à recevoir des messages de diverses manières sans utiliser de codes verbaux (mots). C’est à la fois intentionnel et non intentionnel. La plupart des locuteurs / auditeurs n’en ont pas conscience. Cela inclut, sans toutefois s’y limiter:

  • toucher
  • coup d’oeil
  • contact avec les yeux (regard)
  • le volume
  • nuance vocale
  • proximité
  • gestes
  • expression du visage
  • pause (silence)
  • intonation
  • robe
  • posture
  • odeur
  • choix des mots et syntaxe
  • sons (en parallèle)

De manière générale, il existe deux catégories de base de langage non verbal:
         messages non verbaux produits par le corps;
         messages non verbaux produits par le cadre général (temps, espace, silence)

Pourquoi la communication non verbale est-elle importante?

Fondamentalement, c’est l’un des aspects clés de la communication (et particulièrement important dans une culture à contexte élevé). Il a plusieurs fonctions:

  • Utilisé pour répéter le message verbal (par exemple, pointer dans une direction tout en énonçant des directives.
  • Souvent utilisé pour accentuer un message verbal. (par exemple, un ton verbal indique la signification réelle des mots spécifiques).
  • Complètent souvent le message verbal mais peuvent aussi être contradictoires. Exemple: un signe de tête renforce un message positif (parmi les Américains); un «clin d’œil» peut contredire un message positif déclaré.
  • Réglementer les interactions (signaux non verbaux lorsque l’autre personne doit parler ou non).
  • Peut remplacer le message verbal (surtout s’il est bloqué par du bruit, une interruption, etc.) – c’est-à-dire des gestes (doigt sur les lèvres pour indiquer la nécessité de rester silencieux), des expressions faciales (c.-à-d. Un signe de tête au lieu d’un oui).

Notez les implications du proverbe: «Les actions parlent plus que les mots.» Cela souligne essentiellement l’importance de la communication non verbale. La communication non verbale est particulièrement importante dans les situations interculturelles. Les différences non verbales expliquent probablement les difficultés typiques de la communication

Différences culturelles dans la communication non verbale

  1. Apparence générale et tenue vestimentaire
    Toutes les cultures sont préoccupées par leur apparence et portent des jugements fondés sur leur apparence et leur tenue vestimentaire. Les Américains, par exemple, semblent presque obsédés par les vêtements et l’attrait personnel. Envisagez des normes culturelles différentes sur ce qui est attrayant en tenue vestimentaire et ce qui constitue la modestie. Notez la façon dont la tenue est utilisée comme un signe d’état

  2. Mouvement du corps
    Nous envoyons des informations sur l’attitude envers la personne (faire face ou se penchant vers une autre personne), sur la statue émotionnelle (tapoter des doigts, branler des pièces de monnaie) et sur le désir de contrôler l’environnement (se rapprocher ou s’éloigner d’une personne).

    Plus de 700 000 motions possibles que nous pouvons faire – il est donc impossible de toutes les classer! Mais juste besoin d’être conscient du mouvement du corps et de la position est un ingrédient clé dans l’envoi de messages

  3. Posture
    Considérez les actions suivantes et notez les différences culturelles:

    – Bowing (non fait, critiqué ou affecté aux États-Unis; se classe au Japon)
    Slouching (impoli dans la plupart des régions du nord de l’Europe)
    – Les mains dans la poche (irrespectueux en Turquie)
    – Assis les jambes croisées (offensive au Ghana, en Turquie)
    – Montrant la plante des pieds. (Offensive en Thaïlande et en Arabie Saoudite)
    – Même aux États-Unis, il y a une différence de genre sur une posture acceptable

  4. Gestes
    Impossible de les cataloguer tous. Mais il faut reconnaître: 1) une possibilité et une variété incroyables et 2) qu’un geste acceptable dans une culture donnée peut être offensant dans une autre (le geste de la main A-Ok est acceptable aux États-Unis mais obscène au Brésil). De plus, la quantité de gestes varie d’une culture à l’autre. Certaines cultures sont animées; autre sobre. Les cultures restreintes ont souvent l’impression que les cultures animées manquent de mœurs et de retenue générale. Les cultures animées ont souvent le sentiment que les cultures restreintes manquent d’émotion ou d’intérêt.

    Même des choses simples comme utiliser les mains ou les doigts pour pointer et compter diffèrent.

    Pointage: États-Unis avec index; Allemagne avec petit doigt; Japonais avec toute la main (en fait, la plupart des Asiatiques considèrent que pointer du doigt avec l’index est grossier)

    Comptage: Pouce = 1 en Allemagne, 5 au Japon, le majeur pour 1 en Indonésie. (Certains locuteurs natifs contestent ces disparités, même au sein d’une culture

  5. Expressions faciales
    Alors que certains disent que les expressions faciales sont identiques, la signification qui leur est attachée diffère. L’opinion majoritaire est qu’ils ont des significations similaires dans le monde entier en ce qui concerne le sourire, les pleurs, la colère, le chagrin ou le dégoût. Cependant, l’intensité varie d’une culture à l’autre. Notez les points suivants:

    – De nombreuses cultures asiatiques suppriment autant que possible l’expression faciale.
    – De nombreuses cultures méditerranéennes (latino-arabes) exagèrent le chagrin ou la tristesse alors que la plupart des hommes américains cachent le chagrin ou le chagrin.
    – Certains voient les expressions «animées» comme un signe de manque de contrôle.
    – Trop de sourire est considéré comme un signe de superficialité.
    – Les femmes sourient plus que les hommes

  6. Contact avec les yeux et regard
    Aux États-Unis, le contact visuel indique: le degré d’attention ou d’intérêt, influence le changement d’attitude ou la persuasion, régule l’interaction, communique les émotions, définit le pouvoir et le statut et joue un rôle central dans la gestion des impressions des autres.

    – Cultures occidentales – considérez le contact visuel direct comme positif (conseillez aux enfants de regarder une personne dans les yeux). Mais aux États-Unis, les Afro-Américains utilisent plus de contact visuel lorsqu’ils parlent et moins quand ils écoutent, ce qui est inversé pour les Anglo-Américains. Ceci est une cause possible d’un certain malaise entre les races américaines. Un regard prolongé est souvent considéré comme un signe d’intérêt sexuel.
    – Les cultures arabes établissent un contact visuel prolongé. – croire que cela montre de l’intérêt et les aide à comprendre la véracité de l’autre personne. (Une personne qui ne rend pas la pareille est considérée comme indigne de confiance)
    – Japon, Afrique, Amérique latine et Caraïbes – évitez le contact visuel pour montrer du respect

  7. Toucher
    Question: Pourquoi touchons-nous, où touchons-nous et quelles significations attribue-t-on lorsqu’un autre nous touche?

         Illustration: Un homme afro-américain se rend dans un dépanneur récemment repris par de nouveaux immigrants coréens. Il donne un billet de 20 dollars pour son achat à Mme Cho qui est caissière et attend sa monnaie. Il est contrarié lorsque sa monnaie est déposée sur le comptoir devant lui.

         Quel est le problème? Les Coréens traditionnels (et de nombreux autres pays asiatiques) ne touchent pas les étrangers, en particulier entre membres du sexe opposé. Mais l’Afro-Américain voit cela comme un autre exemple de discrimination (ne pas le toucher parce qu’il est noir).

    Réponse de base: le toucher est déterminé par la culture! Mais chaque culture a un concept clair des parties du corps auxquelles on ne peut toucher. Le message de base du toucher est d’affecter ou de contrôler – protéger, soutenir, refuser (par exemple, embrasser, embrasser, frapper, donner un coup de pied).

    – Etats-Unis – la poignée de main est courante (même pour les étrangers), les câlins, les bisous pour les personnes de sexe opposé ou de la famille (généralement) sur une base de plus en plus intime. Notez les différences entre les Afro-Américains et les Anglos aux États-Unis. La plupart des Afro-Américains évoquent les salutations, mais sont gênés si on leur touche la tête (bon garçon, bonne fille).
    – Islamique et hindou: ne touche généralement pas la main gauche. Le faire est une insulte sociale. La main gauche est pour les fonctions de toilette. Manière en Inde de rompre votre pain avec la main droite (parfois difficile pour les non-Indiens)
    – Les cultures islamiques n’approuvent généralement aucun contact entre les sexes (même les poignées de main). Mais considérez que de tels contacts (y compris la tenue de main, les câlins) entre personnes du même sexe sont appropriés.
    – Beaucoup d’Asiatiques ne touchent pas la tête (Head abrite l’âme et le toucher le met en danger).
    Modèles de base: Les cultures (anglais, allemand, scandinave, chinois, japonais) avec des concepts de retenue émotionnelle élevés ont peu de contact public; ceux qui encouragent l’émotion (Latino, Moyen-Orient, Juif) acceptent des contacts fréquents

  8. Odeur
    – États-Unis – peur des odeurs naturelles offensantes (une industrie d’un milliard de dollars pour masquer les odeurs indésirables avec ce qui est perçu comme étant agréable) – à nouveau liée au concept « d’attractivité ».
    – Beaucoup d’autres cultures considèrent les odeurs corporelles naturelles comme normales (en arabe).
    – Les cultures asiatiques (philippines, malaises, indonésiennes, thaïlandaises et indiennes) insistent sur les bains fréquents – et critiquent souvent les États-Unis de ne pas se baigner assez souvent

  9. Paralangage
    – caractérisateurs vocaux (rire, pleurer, crier, gémir, gémir, pleurer, bâiller). Celles-ci envoient des messages différents selon les cultures (Japon – rire signifie gêne; Inde – rots signifie satisfaction)
    – qualificatifs vocaux (volume, hauteur, rythme, tempo et tonalité). La sonie indique la force dans les cultures arabes et la douceur indique la faiblesse; indique la confiance et l’autorité aux Allemands; indique l’impolitesse aux Thaïlandais; indique une perte de contrôle pour les Japonais. (En général, on apprend à ne pas «crier» en Asie pour presque n’importe quelle raison!). Le sexe aussi: les femmes ont tendance à parler plus haut et plus doucement que les hommes.
    – ségrégations vocales (un-huh, chut, euh, ooh, mmmh, humm, hein, mah, lah). Les ségrégations indiquent formalité, acceptation, assentiment, incertitude.

Source de la page: https://www.andrews.edu/~tidwell/NonVerbal.html
Traduit par Laura Beoschat

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *